Trois fois Champion de France de ligue 1 avec L’Olympique Lyonnais en 2003, 2004 et 2005, Nicolas Puydebois a stoppé sa carrière en 2011 pour se lancer dans l’entrepreneuriat. Il témoigne aujourd’hui sur la gestion de l’après carrière, une expérience mitigée et comment il s’est relevé pour devenir associé d’un cabinet de gestion de patrimoine.


 

Les dirigeants.com : TON MEILLEUR SOUVENIR DE JOUEUR

Nicolas Puydebois : En tant que joueur professionnel, j’ai deux grands souvenirs. Le premier titre de l’Olympique Lyonnais en 2002, je n’étais pas sur le terrain. J’étais troisième gardien à cette époque derrière Grégory Coupet et Angélo Hughes. J’ai vécu ça des tribunes mais c’était un rêve d’enfant de voir mon club devenir champion de France. J’avais la chance de faire partie du groupe, c’est assez exceptionnel.

c’était un rêve d’enfant de voir mon club devenir champion de France.

Le second souvenir est plus personnel, c’est mon match de ligue des champions à Old Trafford contre Manchester United. A cause de la concentration, je n’ai que des flashs qui me reviennent. J’ai vécu ce match intensément. Ça reste le plus grand match et le plus beau souvenir de ma carrière.

Les dirigeants.com : LA SAISON EST FINIE, C’ÉTAIT TA DERNIÈRE.  COMMENT AVAIS TU PRÉPARÉ TA RECONVERSION ?

Je n’avais pas de plan de carrière.

Nicolas Puydebois : Je n’avais pas de plan de carrière. J’avais pour idée d’arrêter à 35-36 ans… laisser la place aux plus jeunes. Malheureusement c’est le système, quand tu es un joueur correct mais que tu n’es pas un “top joueur”, c’est le système qui te met à l’arrêt. C’est ce qui s’est passé pour moi et je n’avais pas prévu ma reconversion. Il a fallu que j’improvise. On est un peu laissés à l’abandon. Le système du foot est bien fait dans l’ensemble mais pour la reconversion on est un peu livrés à nous-mêmes.

Il a fallu que j’improvise.

Comme tous les jeunes, on évite d’écouter les anciens, même s’ils sont de très bons conseils. Ils m’avaient dit que la carrière passait vite et qu’il fallait préparer sa reconversion.

Les dirigeants.com : TU DÉCIDES DONC DE TE LANCER DANS L’ENTREPRENEURIAT. RACONTE NOUS TON EXPÉRIENCE

Nicolas Puydebois : J’avais un âme d’entrepreneur. j’avais déjà investi dans une structure d’industrie plastique. je savais que je voulais être mon propre patron. Le moyen le plus simple pour se lancer que j’ai trouvé à l’époque, c’était de partir sur une idée de franchise.

Je pensais que ça allait plus vite et qu’il y avait de l’accompagnement. le problème c’est que tout ce qui va vite est dangereux.

tout ce qui va vite est dangereux.

Il faut prendre le temps lorsqu’on est entrepreneur de bien étudier le domaine dans lequel on s ‘installe, de bien préparer son business plan, de bien comprendre les tenants et les aboutissants.

Cette première expérience n’a pas été une franche réussite.

J’ai créé 2 structures de restauration rapide. je pensais que le concept était plutôt innovant et dans l’air du temps. C’était une restauration rapide saine, une saladerie : manger vite, sain et équilibré. Mais si cela fonctionne à Paris et New York … à Lyon c’était un peu plus délicat.

Les dirigeants.com : TU AS SU REBONDIR APRES CETTE MAUVAISE PREMIÈRE EXPÉRIENCE. QU’EN EST-IL?

Il n’y a pas d’échec, il n’y a que de l’apprentissage.

Nicolas Puydebois : Il n’y a pas d’échec, il n’y a que de l’apprentissage. J’ai donc appris le métier d’entrepreneur, la vie active. Quand on est footeux, on est dans un cocon. j’ai eu l’opportunité de me former pour faire la gestion de patrimoine. Lorsque j’étais joueur, j’étais client de personnes comme moi aujourd’hui. j’ai l’avantage de connaitre les deux aspects de la chose.

Lorsque j’étais joueur, j’étais client de personnes comme moi

En tant que client et maintenant professionnel de la gestion de patrimoine, avec mon expérience, ça a du sens de conseiller des personnes. je suis quelqu’un d’empathique et qui aime les gens. Pouvoir leur apporter un conseil qui rende leur situation meilleure après notre rencontre, ça m’intéresse.

Pouvoir leur apporter un conseil qui rende leur situation meilleure, ça m’intéresse.

J’ai commencé en tant qu’indépendant, je me suis ensuite associé au groupe HCI qui présente l’avantage d’avoir un éventail de prestations très large. C’est la capacité de pouvoir répondre à toutes les problématiques de nos clients et apporter une solution sur-mesure et adaptée. C’est ça qui me plait dans mon nouveau métier.

Crédits photos :
footmercato.net
leliberolyon.fr
rmcsport.bfmtv.com
uefa.com

 

Nicolas Puydebois

Gestionnaire de patrimoine, associé au Groupe HCI. Consultant pour le média Olympique et Lyonnais Ancien gardien de l'Olympique Lyonnnais.

1 Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.